Centre régional du livre en Limousin

haut_critiques

Vient de paraître / Critiques archivées de Maiade éditions


Le Secret de la rouelle

Le Secret de la rouelle
, tome 2 : Le Feu nouveau,
de Marie-France Houdart,
dessins de Diane de Bournazel,
Maiade éditions, 2011,
225 pages, 19,50 euros,
ISBN : 978-2-916512-11-X.

Anna et Léo, les deux jeunes héros, continuent leur voyage dans le temps aux côtés de leurs ancêtres limousins grâce à leur rouelle magique. Avec eux, ils participent aux croisades, rencontrent Dagobert et Charlemagne, deviennent à la fois témoins et acteurs des événements passés.
Cet ouvrage a une écriture fluide et sans temps mort. On s’attache aux deux enfants et on souhaite de tout cœur les voir réussir leur mission : trouver leurs ancêtres et faire en sorte que tous les événements auxquels ils assistent se déroulent tels qu’ils les ont appris dans les livres d’histoire. On redécouvre également le Limousin à travers cette remontée dans le temps spectaculaire.
Comme dans le tome 1, cet ouvrage nous propose également des jeux, des recettes, des explications historiques et des cartes pour nous accompagner dans notre lecture. En bref, un livre à avoir sur soi en toute occasion.



Souvenirs et aventures de ma vie, volume 1 : Louise Michel en Nouvelle-Calédonie, roman (feuilleton) retrouvé

Souvenirs et aventures de ma vie
,
volume 1 : Louise Michel en Nouvelle-Calédonie, roman (feuilleton) retrouvé,
texte établi et présenté par Josiane Garnotel,
Maiade éditions, 2010,
351 pages, 21,00 euros,
ISBN : 978-2-916512-02-0.

Quelle bonne idée d’avoir réédité une partie des mémoires de Louise Michel, parues en roman-feuilleton en vingt-six épisodes dans le supplément littéraire du Petit Parisien, La Vie populaire, en 1905, juste après sa mort !
Que ce journal ne soit pas de la seule main de Louise Michel, mais qu’il ait été réécrit par le journaliste Arnould Galopin, ce n’est pas si important tant son parcours héroïque reste un exemple pour le XXIe siècle et tant le ton adopté est vivant, du meilleur de la littérature populaire. Ce feuilleton commence par la Commune, dont elle est l’incarnation, « soulèvement d’un grand peuple qui veut vivre libre… ou mourir… », « les journées sombres, les heures passées dans les bivouacs, sous la pluie, au milieu des balles » qui fit des milliers de victimes réprimées, fusillées ou déportées comme elle en Nouvelle-Calédonie. Un amiral versaillais avait osé déclarer, sans rire, à la Chambre : « Les déportés sont bien plus heureux que nos soldats, car nos soldats ont des factions à faire, tandis que le déporté vit au milieu des fleurs de son jardin ». Son exil et sa vie en Nouvelle-Calédonie de 1871 à 1880 constituent la plus grosse partie de ce récit où elle a bravé, avec d’autres, toutes les autorités contre l’humiliation et créé des liens avec les Canaques dont elle est devenue l’institutrice. Ceux-ci comprirent son rôle dans la lutte qui avait ensanglanté Paris : « Toi guerrier… Comme nous… Toi as combattu pour tes frères mais toi as été vaincue comme malheureux Canaques quand ils ont voulu résister aux Blancs. »
Amnistiée, Louise Michel peut rentrer en 1880 et Verlaine écrira : « Elle est la faucille dans le blé mûr pour le pain blanc… »
La belle mise en page, réalisée par l’éditrice, avec des gravures d’époque, ajoute à l’intérêt de ce livre. La présentation de Josiane Garnotel et l’index biographique de toutes les personnes citées nous donnent de surcroît, pour notre plaisir, une petite leçon d’histoire.



L'Or de la paille : De la tresse au cabas en Pays de Beynat

L'Or de la paille : De la tresse au cabas en Pays de Beynat
,
de Marie-France Houdart,
préface de Claude Duneton,
Maiade éditions, 2009,
131 pages, 26,00 euros,
ISBN : 978-2-916512-08-2.

Dans cet ouvrage au format pratique, nous découvrons les cabas de Beynat, en Corrèze, remis au goût du jour par l’association du même nom et Marie-France Houdart.
Entre photographies d’époque et illustrations, nous partons à la découverte du travail de la paille, au fil des étapes à suivre pour sa réalisation et au développement de la production, pour en venir à ce qui est devenu au bout de plusieurs siècles une tradition locale.
Ce livre est vivant, entrecoupé de témoignages et d’explications pratiques sur la réalisation des cabas, de lettres d’époque traitant de cette curieuse production et des coutumes de la région, ou encore d’arbres généalogiques retraçant les familles actives dans la production et la diffusion des cabas.
Les sources, aussi diverses soient-elles, sont complètes et foisonnantes et nous amènent à voyager dans le temps au milieu de pratiques aujourd’hui méconnues.



Le Secret de la rouelle

Le Secret de la rouelle
, tome 1 : L’Œil mauvais,
de Marie-France Houdart,
dessins de Diane de Bournazel,
Maiade éditions, 2009,
211 pages, 18,50 euros,
ISBN : 978-2-916512-07-1.

Il y a des livres qui sont un peu plus que des livres. Le Secret de la rouelle est de la famille de ces objets que l’on prend plaisir à avoir, offrir, compulser… Ce parcours initiatique de deux enfants à travers les paysages et légendes du Limousin est non seulement accompagné des subtiles illustrations de Diane de Bournazel, mais il est aussi truffé de cartes, chansons, jeux en tous genres, pour un public de lecteurs-aventuriers « de 10 à 110 ans ». Petite bible de culture occitane, Le Secret de la rouelle mêle l’histoire d’un village perdu au fantastique et au roman d’aventure, où Marcelle Delpastre côtoie Bernart de Ventadour, la recette de la flaugnarde, la chanson des maçons de la Creuse… On apprend en outre qu’une « petasse » n’est rien qu’un morceau d’étoffe.
Et comme un deuxième tome est annoncé à la fin de ce volume, tout est bien qui finit bien…



La Vallée enluminée : Une enfance noyée

La Vallée enluminée : Une enfance noyée
,
de Ginette Aubert,
suivi de C’était la Dordogne ou la petite fille et la rivière,
de Marie-France Houdart,
préface de Vincent Remy,
Maiade éditions, 2008,
127 pages, 28,00 euros,
ISBN : 978-2-916512-06-8.

Si vous avez eu l’occasion d’une promenade en gabare sur la Dordogne de Spontour, votre imaginaire s’est certainement envolé à l’évocation de la vallée engloutie… Vous aurez été pris d’émotion et de compassion pour ces familles qui ont perdu à tout jamais leur terre et leur toit, expropriées par EDF pour la construction du barrage de l’Aigle. Et puis la promenade se sera poursuivie et vos pensées ont pris un autre cours.
Ginette Aubert, elle, n’oubliera jamais le village de son enfance. « Le deuil de cette maison, de cette vallée, je ne le ferai jamais. Je rêve — sans arrêt je fais ce rêve — que le barrage a sauté et que je retrouve ma vallée. »
Elle les peint, son village, sa vallée, ses habitants et ses rites, elle nous tient en haleine avec le récit chatoyant et enluminé de son enfance, entre les souvenirs de bonheur laissés par le tournage d’un film de Grémillon, le rythme des saisons, l’observation fine et discrète de tout ce qui fait la vie de ce coin de Dordogne, ceux qui y passent et les traditions qui perdurent, tout ce que la rivière charrie comme mémoire et comme tendresse.
Marie-France Houdart complète ce récit en peinture d’une étude documentaire sur la vallée, finissant de donner à ce très bel objet l’aspect universel d’un témoignage de l’histoire des hommes.



L'Ombre de l'amour

L'Ombre de l'amour
,
de Marcelle Tinayre,
présentation de Marie-France Houdart,
Maiade éditions (Collection « Roman retrouvé »), 2007,
158 pages, 17,00 euros,
ISBN : 978-2-917032-00-88.

Il faut saluer ici l’initiative et l’énorme travail éditorial réalisé par Maiade éditions pour nous proposer de redécouvrir le roman de Marcelle Tinayre, L’Ombre de l’amour, dont la précédente édition remonte à 1927. Le roman en lui-même est très agréable à lire, la plume de la Tulliste d’origine est belle et concise, l’ambiance de la société rurale du Gimel (Corrèze) du début du siècle est très bien rendue. Le grand mérite de l’éditeur est d’accompagner le lecteur dans cette redécouverte de Marcelle Tinayre avec une iconographie riche et variée (manuscrits, photos anciennes, tableaux d’époque…) et une présentation complète de l’auteur et du rôle important qu’elle a joué dans le monde des lettres du début du siècle dernier.



Bréjaude et clafoutis :  Le nouveau cahier d’une gourmande en Limousin

Bréjaude et clafoutis :
Le nouveau cahier d’une gourmande en Limousin
,
de Régine Rossi-Lagorce
et Marie-France Houdart,
illustrations de Barbara Paczula,
Maiade éditions, 2006,
172 pages, 24,00 euros, ISBN : 2-916512-01-2.

Fortes du succès de Bouligou et farcidure (Maiade éditions, 2004), Régine Rossi-Lagorce et Marie-France Houdart reviennent pour nous conter de nouvelles histoires, toujours aussi savoureuses, celle du panier de linge sale des lavandières, celle des cueilleuses de cerises, celle de la ramasseuse de champignons… et bien d’autres encore, chacune accompagnée bien entendu de ses recettes. […] Encore un beau livre réjouissant, chaleureux et utile.