Centre régional du livre en Limousin


Mission prisons / Actualité et archives / Art postal


 



« Correspondance : Art postal en milieu pénitentiaire »


L’année 2006 a permis à l’action culturelle en milieu pénitentiaire de trouver une impulsion nouvelle.
Un programme d’interventions, consacrées à la sensibilisation des détenus aux différents arts, a donc été mis en place dans les maisons d’arrêt de Guéret, Limoges et Tulle et au Centre de détention d’Uzerche.

avionALCOL-CRLL a inscrit dans cette dynamique un travail et une réflexion autour de la correspondance en proposant à tous les établissements du Limousin un atelier estival d’art postal.

Conçu comme un temps fort et une expérience phare, le projet régional « Correspondance : Art postal en milieu pénitentiaire » a permis de révéler la capacité de chacun à échanger et à matérialiser, par le biais de l’art plastique, sa créativité, son inventivité et sa poésie intime.

Associé à la réflexion initiale de ce projet, Rémy Pénard — éminent acteur international de l’art postal depuis une trentaine d’années — a participé à la construction de notre proposition.
Ainsi, les détenus ont bénéficié des meilleures conditions pour mettre en œuvre leur démarche artistique.

De la pertinence d’un atelier d’art postal en milieu carcéral

tamponsL’art postal est un jeu basé notamment sur les notions d’intérieur et d’extérieur, permettant d’appréhender une forme d’équilibre rare et néanmoins essentielle pour les personnes détenues.

Il s’agit d’une démarche artistique qui trouve un aboutissement dans un objet très concret par son caractère utilitaire, mais également porteur d’imaginaire, de sens exprimés à travers la subtilité du rapport entre l’écrit et l’objet.

Travailler sur la matérialisation de l’idée à transmettre, c’est vivre un moment, ouvrir un espace d’intimité inexistant dans la vie carcérale.

Parce que sa condition place toujours le détenu en position de recevoir, l’art postal, par son prolongement vers un destinataire, constitue une occasion rare de donner, de se donner ; d’extérioriser, de s’extérioriser.

Ces ateliers ont eu pour objectif d’aboutir à la valorisation de la personne, par une extériorisation de soi, malgré un univers normalisant où l’expression personnelle fait exception.
Dans cet univers où le contrôle rend le thème de la correspondance très sensible, la valorisation de soi passe aussi par la possibilité d’exprimer sa créativité en l’adressant à un tiers, en l’offrant à l’appréciation du regard de l’autre au-delà de la maison d’arrêt.
Nul doute qu’en plus de la perception d’un horizon — absent pour le détenu —, l’art postal offre du lien et devient un outil à la fois structurant et valorisant, participant à la reconstruction de la personne.

Le principe d’atelier participe également d’une action de réinsertion grâce à la démarche constructive qu’il engendre, la rigueur qu’il demande, le respect des autres que le travail en groupe implique.

mail

La mise en œuvre du projet

 :
Le projet « Correspondance : Art postal en milieu pénitentiaire » a concerné la mise en place d’un atelier artistique estival dans tous les établissements pénitentiaires de la région Limousin, soit les maisons d’arrêt de Guéret, Limoges et Tulle, ainsi que le Centre de détention d’Uzerche.

Quand :
En juillet 2006 :
 Rémy Pénard, à la Maison d’arrêt de Limoges — Quartier femmes et Quartier hommes.
Huit séances de deux heures, dans chaque quartier, réparties sur quatre semaines.
 Joël Thépault, à la Maison d’arrêt de Guéret.
Huit séances de deux heures réparties sur quatre semaines.
 Chrystèle Lerisse, à la Maison d’arrêt de Tulle et au Centre de détention d’Uzerche.
Huit séances de deux heures, dans chaque établissement, réparties sur quatre semaines.

Qui :
 Rémy Pénard :
Artiste plasticien, il se consacre depuis trente ans à l’art postal. Il est aujourd’hui reconnu comme l’un des membres éminents du réseau international du mail art.
 Joël Thépault :
Artiste plasticien, « pratiquant » de l’art postal, il est un habitué des interventions auprès de différents publics (milieu scolaire, centres hospitaliers, centres de loisirs…).
La connivence de ces deux acteurs du mail art s’est particulièrement exprimée lors de projets communs tels que des conférences et des expositions.
 Chrystèle Lerisse :
Photographe, elle travaille depuis des années à la promotion de la pratique artistique en arts plastiques comme facteur d'intégration et d'épanouissement personnel, notamment lors d’ateliers en prison.

Un bilan

La qualité graphique des productions (des centaines de cartes réalisées et postées par les prisonniers), conjuguée à la force de leurs messages et à leur charge émotionnelle, devait conduire à prolonger ce travail par une série d’expositions et par l'édition d'un catalogue.

Les lieux d'exposition :
- À la Galerie du CAUE de la Haute-Vienne, du 10 janvier au 2 février 2007.
- À la Librairie-galerie Passe-temps (Eymoutiers), du 16 mars au 21 avril 2007. À cette occasion, une rencontre a été organisée à la librairie, le vendredi 13 avril, avec Barbara Liaras (membre de l'Observatoire international des prisons), sur le thème du système carcéral français.
- À la Médiathèque municipale de Tulle, de juillet à septembre 2007.
- À la Bibliothèque francophone multimédia de Limoges, en octobre 2007.
- À Paris, les 12 et 13 avril 2008, aux 3e Rencontres du livre et de la presse des droits de l'homme, organisées par la Fédération de Paris de la Ligue des droits de homme.
- Au Collège Auvergne-Sancy (63150 Murat-le-Quaire), de novembre 2008 à avril 2009, dans le cadre d'un travail mené sur le mail art avec deux groupes d'élèves.
- À Marsac, en Creuse, les 27 et 28 février 2010.
- À la Médiathèque intercommunale de Felletin, en Creuse, du 23 mai au 15 juin 2011.
- À la Médiathèque de Bonne, en Haute-Savoie, du 18 juin au 17 septembre 2011.
- À la Bibliothèque municipale Michel-Peyramaure d'Ayen, en Corrèze, du 4 au 29 septembre 2012.
- À la Médiathèque municipale Simone-de-Beauvoir d'Uzerche, en Corrèze, du 15 au 19 octobre 2013, dans le cadre de Bibliothèques en fête.
- À la Galerie Le Point G, à Tulle, du 1e au 30 novembre 2013.
- À l'Espace Rousseau de Nexon, en Haute-Vienne, du 16 au 30 novembre 2015.

Si vous désirez vous aussi accueillir cette exposition, il vous suffit de contacter le CRL en Limousin (Mathilde Olivier, 05 55 77 49 99). Son prêt est gratuit.

De plus, le catalogue, édité à mille exemplaires, est aussi disponible auprès du CRL.

Les partenaires : le CRL en Limousin, La Poste, Artzo et la Galerie du CAUE de la Haute-Vienne.

Cartes ci-dessus : © DR (travaux réalisés par deux détenus lors d'ateliers).

 


cartes uzerche

Pour visionner quelques-unes des cartes réalisées au Centre de détention d'Uzerche,
cliquez sur l'image ci-dessus.

cartes limoges

Pour visionner quelques-unes des cartes réalisées à la Maison d'arrêt de Limoges,
cliquez sur l'image ci-dessus.

cartes tulle

Pour visionner quelques-unes des cartes réalisées à la Maison d'arrêt de Tulle,
cliquez sur l'image ci-dessus.

cartes gueret

Pour visionner quelques-unes des cartes réalisées à la Maison d'arrêt de Guéret,
cliquez sur l'image ci-dessus.


couv

L'art postal en quelques mots…

« L’art postal se partage.
Petites mises en scène, scénarios de vingt grammes, feuilletons à rebondissements ; plusieurs allers-retours.
Qu’est-ce qu’une lettre ?
Qu’est-ce que l’on peut faire passer par La Poste ?
L’art postal aide à lutter contre la norme.
On peut recycler des idées, recycler des matériaux, détourner la publicité, la parodier…
Jouer avec le langage administratif.
Jouer avec les mots, avec leur sens, les combiner avec de l’image elle-même détournée…
Apprendre à avoir un esprit critique.
Réinventer en permanence, aller vers l’inattendu.
Mettre l’autre en situation de rebondissement poétique. C’est un acte créatif à part entière. »
(Joël Thépault, témoignage, novembre 2005, in Documents archives Artists Republic / Rémy Pénard)

« L’art postal, c’est ce qui vous passe par la tête et qui arrive par La Poste ».
(Christian Alle, Nada Zéro, n°50)

« […] quelquefois quand on écrit une lettre surtout à des gens qu’on aime bien, on ne sait plus s’arrêter. Alors moi, je prolonge cet instant privilégié en fabriquant, en bidouillant une enveloppe on dit que ça s’appelle de l’art postal ».
(J.-P. Blompain, artiste)

«  […] faire et se faire plaisir, un petit pas grand-chose qui change un peu la vie ».
(J.-P. Thomas, artiste)

« L’art postal favorise la créativité, la communication avec l’autre et cela en jouant avec l’humour, l’imagination, le plaisir de créer et celui de recevoir ».
(Dossier pédagogique La République des artistes au Centre culturel Jean-Pierre-Fabrègue de Saint-Yrieix-la-Perche, avril 2003)

Network : «-Le réseau du Mail art est un circuit de communication libre et informel de plusieurs milliers de personnes appelées networkers. Les networkers sont engagés dans de multiples formes d’art, échangeant des productions visuelles, littéraires, audios, etc. en utilisant les médias de communication : Poste, fax, téléphone, courrier électronique… »
(Pascal Lenoir, in Art postal, art posté, de R. Siegmann, Éditions Alternatives)

clou

« […] l’échange est une rencontre, mon art postal provoque, interroge, questionne le monde où l’on vit ».
(Thierry Lambert, artiste)

« […] il faut écrire, correspondre parce que c’est uniquement par rapport aux autres que nous existons ».
(Marc Pessin, éditeur-graveur)

« Peignez donc vos lettres ! Juste pour vos ami(e)s, juste pour faire plaisir ou pour faire sourire celui qui recevra votre courrier. Un acte gratuit de liberté ».
(Marie Morel, artiste, in L’Art postal, de Pierre François, CDDP de l’Hérault, 1999)