Centre régional du livre en Limousin


Mission hôpitaux / Présentation


 



En 2001, la DRAC et l’Agence régionale d’hospitalisation du Limousin ont signé une convention s’engageant à favoriser le développement d’une politique culturelle au sein des établissements de santé et le rapprochement de ces établissements avec les équipements et acteurs culturels.
Le CRL a été chargé d’accompagner ces politiques publiques en organisant des journées d’information et en mettant à disposition des documents pratiques.

1. Jumelage : mode d'emploi.
2. Présentation du Cercle des partenaires de la culture à l'hôpital.
3. Convention entre la Direction régionale des affaires culturelles du Limousin et l'Agence régionale d'hospitalisation du Limousin.
4. Présentation d'une demande de subvention.
5. Modèle de convention tri-partite « Culture à l'hôpital ».
6. L'aide aux acquisitions d'ouvrages par le Centre national du livre.
7. Qui contacter à la DRAC et à l'ARH.
8. Les pôles de ressources régionaux.


Jumelage mode d'emploi

De longue tradition, l'hôpital est un lieu de culture. C'est pourquoi le ministère de la Culture et de la Communication et le secrétariat d'État à la Santé et à l'Action sociale ont souhaité favoriser, par la création de jumelages entre des équipements culturels et des hôpitaux d'une même région, la rencontre entre deux milieux, l'un artistique et l'autre médical.
C'est dans ce contexte également que ces deux ministères ont signé le 4 mai 1999 la première convention nationale destinée à développer les activités artistiques et culturelles dans les hôpitaux.

I. Qu’est-ce qu’un jumelage ?

Un jumelage est un partenariat entre un équipement culturel (musée, FRAC, château, bibliothèque, conservatoire, école d'art…) et un hôpital, avec la participation d'artistes professionnels étroitement associés à sa mise en œuvre. Il comprend trois critères essentiels :

Il favorise un véritable échange entre l'équipement culturel et l'hôpital :
• Organisation par les acteurs de l'équipement culturel d'expositions, concerts, lectures… au profit des personnes de l'hôpital (malades, familles et personnels soignants).

Il permet la participation d'artistes et de malades à une action conjointe :
• Toutes les disciplines artistiques sont envisageables.
• Les artistes sont rémunérés par le budget du jumelage.

Il se construit dans la durée :
• Le jumelage doit durer au moins un an.

II. Mise en œuvre d’un jumelage

Chaque jumelage constitue un projet culturel et artistique spécifique, conçu, géré et financé au niveau régional.

Le projet de jumelage peut émaner soit :
• D'une structure hospitalière.
• D'un équipement culturel.
• D'une association.

Le conseiller culturel de la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC) instruit la demande et donne son accord sur le choix de l'artiste mais son rôle n'est pas d'aider à monter le projet de A à Z.

Le coordonnateur du projet, dont la fonction est rémunérée sur le budget du jumelage, est en charge de la logistique. Il gère le budget, rédige les bilans d'étape et assure, en lien avec les partenaires, la communication des activités organisées. Le coordonnateur est soit :
• Le responsable culturel hospitalier.
• Le responsable d'une association.

Le support juridique est en général une association loi de 1901 mais ce peut être aussi bien l'hôpital.

Le financement peut provenir de plusieurs partenaires :
• La DRAC.
• L'hôpital.
• L'équipement culturel.
• Le Cercle des partenaires.

La clef de la réussite d'un jumelage réside dans la communication. En effet, les partenaires du jumelage doivent être régulièrement informés.
À la fin du jumelage, une réunion d'évaluation regroupant les principaux partenaires du jumelage doit être effectuée afin de déterminer si l'opération peut ou non être reconduite.

Téléchargez ce texte (format PDF).


Présentation du Cercle des partenaires de la culture à l'hôpital

Le Cercle des partenaires est constitué de quatorze entreprises et fondations qui se sont engagées dans le développement de la culture à l’hôpital aux côtés des ministères de la Culture et de la Communication et de la Santé. Chaque année, le Cercle apporte un soutien financier pour la mise en œuvre de jumelages entre des hôpitaux et des équipements culturels.
Ce financement intervient seulement après la validation du projet dans le cadre de la convention régionale DRAC/ARH.

Chaque entreprise ou fondation choisit de financer un ou plusieurs jumelages selon des critères qui lui sont propres : son implantation, les publics auxquels elle souhaite apporter son soutien en priorité… Il faut que le projet s’intègre dans l’image de l’entreprise et qu’il ait un certain impact médiatique.

Le Cercle des partenaires n’est pas une structure juridique, ses membres conservent leur indépendance et il n’est pas possible d’intervenir dans leurs choix. Mais on peut faire figurer la possibilité de ce financement dans la rédaction d’un projet.

En région, il faut penser aussi à solliciter des soutiens au niveau local (collectivités territoriales, entreprises).

Entreprises et fondations membres du Cercle des Partenaires de la Culture à l’hôpital :

• Aventis.
• Fondation Air France.
• Fondation Banques CIC pour le livre.
• Fondation Bayer santé.
• Fondation Électricité de France.
• Fondation internationale Carrefour.
• Fondation France-Telecom.
• Fondation Hachette..
• Fondation Ronald Mc Donald.
• Fondation Suez.
• GlaxoSmithKline.
• Roche.
• Sanofi Synthelabo.
• Servier.

Téléchargez ce texte (format PDF).


Convention entre la Direction régionale des affaires culturelles du Limousin et l'Agence régionale d'hospitalisation du Limousin

Considérant comme essentiels la relation et le contact avec l’art et la culture, avec les œuvres d’art et leurs créateurs, avec les œuvres du patrimoine, avec la démarche de création et de conservation ;
Considérant le développement des pratiques culturelles et le développement de la lecture dans les établissements de santé comme une mission d’intérêt général au profit des patients, du personnel et des visiteurs des établissements ;
Considérant comme primordiales les missions de développement des publics données aux équipes de création et aux institutions culturelles ;
Considérant la volonté des ministres chargés de la culture et de la Santé à travers la signature par le Ministre de la Culture et le Secrétaire d’État, le 4 mai 1999, d’une convention cadre ;

L’État – ministère de la Culture et de la Communication – Direction régionale des affaires culturelles du Limousin – DRAC, représentée par son Directeur Jean-Pierre Pottier
et
L’Agence régionale d’Hospitalisation du Limousin – ARH, représentée par son Directeur, Jean-Louis Durand-Drouhin,

en s’appuyant sur les résultats de l’enquête réalisée par l’Association limousine de coopération pour le livre (ALCOL) auprès des établissements de santé pour évaluer les actions déjà entreprises dans le domaine des pratiques culturelles, s’engagent ensemble à favoriser :
• L’émergence et le développement d’une politique culturelle au sein d’établissements de santé au bénéfice des usagers des établissements, et de l’ensemble des personnels.
• Le rapprochement des établissements de santé avec les équipements culturels dont la qualité des actions est reconnue par le ministère de la culture.

Article 1 :
La DRAC et l’ARH s’engagent à examiner les demandes émergeant des établissements et les propositions en provenance des équipes artistiques (compagnies de théâtre, festivals, plasticiens, conteurs, écrivains, musiciens…) ou des établissements culturels (bibliothèques, musées, FRAC…) pour les conseiller et les mettre en relation.
Les demandes pourront concerner divers domaines ; création ou développement de bibliothèques au sein des établissements de santé, collaboration de bibliothèques publiques avec des établissements de santé, jumelage entre les équipements culturels ou des équipes artistiques de toutes disciplines au sein des établissements de santé… Des modules de formation à la mise en œuvre de certains projets pourraient être proposés.
La faisabilité des demandes devra prendre en compte le professionnalisme des intervenants ou des porteurs de projet, considérant que le développement d’activités qui relèvent du domaine artistique exigent du personnel compétent tant du côté des intervenants artistiques que du côté des services de santé.
Elle prendra également en compte la pertinence des propositions dans le cadre particulier des établissements de santé et des publics spécifiques qu’ils rassemblent.
Les établissements qui présenteront des demandes devront identifier le ou les personnes ressources qui seront en mesure d’identifier les besoins et de coordonner les demandes de leurs établissements mais aussi de suivre le bon déroulement des différentes actions qu’elles engageront, d’assurer la coordination avec les équipes soignantes et administratives concernées et d’en établir un bilan régulier.

Article 2 :
Chaque année, une commission ad-hoc « Culture-santé » composée des directeurs de l’ARH et de la DRAC et des personnes désignées par eux, examinera les demandes en provenance des établissements de santé ou d’associations oeuvrant en milieu hospitalier adressée à l’ARH ou à la DRAC.
Elle donnera un avis sur la faisabilité technique et sur la qualité artistique des projets présentés.
Certains projets pourront faire l’objet d’une aide financière dans le cadre des moyens mobilisés chaque année par la DRAC et l’ARH en fonction des disponibilités de chacun des deux partenaires.
Les aides apportées dans ce cadre ne pourront excéder 50% du coût total de l’action. Le complément devant être pour partie au moins, apporté par l’établissement de santé porteur du projet. D’autres partenaires publics ou privés pourront également contribuer au financement.
Tous les documents de communication de ces actions ayant bénéficié de cette aide devront mentionner par la présence des deux logos et de la mention : « Cette manifestation a bénéficié du soutien financier de l’Agence régionale d’hospitalisation et du ministère de la Culture et de la Communication — DRAC du Limousin ».

Fait à Limoges, le 3 mai 2001 et signé par
Le Directeur de l’Agence régionale d’hospitalisation du Limousin, Jean-Louis Durand Drouhin
Le Directeur régional des affaires culturelles du Limousin, Jean-Pierre Pottier

Téléchargez ce texte (format PDF).


Présentation d'une demande de subvention

Le projet culturel doit émaner de l’établissement hospitalier.

Il peut se construire soit avec :
• Une association d’artistes.
• Un équipement culturel (ex : musée, bibliothèque…).
• Un artiste.

Le dossier de demande de subvention doit comprendre :

• Une lettre de demande de subvention.
• Une note d’intention de l’hôpital.
• Le descriptif du projet artistique (avec le calendrier d'exécution, et le contrat liant l'établissement hospitalier et l'équipe artistique).
• Une présentation du partenaire culturel.
• Le budget prévisionnel faisant apparaître :
- En recettes :
. La part apportée par l’établissement hospitalier.
. La part de la DRAC (ou du CNL).
. La part de l'ARH.
. Les autres partenaires privés.
. Les autres partenaires publics.
- En dépenses :
. Les rémunérations et défraiements d'intervenants.
. Les achats de matériel ou de livres.
. Les locations de matériels.
. Les autres dépenses.

Lorsque le projet est reconduit :

Le dossier doit comporter en plus des éléments demandés ci-dessus, le compte d'emploi de la subvention reçue l'année précédente (N-1) et le bilan qualitatif de l'action (nombre de participants, type de public, relation avec les malades, relation avec les soignants, etc.).

Le projet doit être adressé à :

Agence régionale de l’hospitalisation
Madame Martine Lévêque
4, avenue de la Révolution
87000 Limoges
Tél. 05 55 31 97 50
et à
Direction régionale des affaires culturelles
Madame Marie-Hélène Virondeau
6, rue Haute-de-la-Comédie
87036 Limoges Cedex
Tél. 05 55 45 66 67 ou 05 55 45 66 68
(Les contacter au début du dernier trimestre de l’année pour connaître les dates limites de remise du dossier).

Téléchargez ce texte (format PDF).


Modèle de convention tri-partite « Culture à l'hôpital »

Établissement.
Direction régionale des affaires culturelles du Limousin.
Agence régionale d’Hospitalisation du Limousin.

• Présentation du projet

• Nature du projet

• Cohérence avec la politique régionale de développement culturel dans les établissements de santé :

• Si partenariat avec d’autres établissements, préciser lesquels :

• Artistes pressentis :

• Public visé :

• Patients :

• Personnel :

• Autres :

• Service concerné :

• Fréquence des actions :

• Coût du projet et modalités des financement :
- Montant prévisionnel du projet.
- Modalités de financement :
. Contribution de l’établissement (valeur en %).
. Subvention accordée par la DRAC (valeur en %).
. Subvention accordée par l’ARH (valeur en %).
. Autres participations (préciser l’organisme, valeur et %).

Engagements :

Après avis favorable de la Commission régionale « Culture-Santé » pour subventionner « le projet présenté par (nom de l’établissement) »,

L’établissement s’engage à :
• Transmettre les compléments d’informations si nécessaire.
• Fournir les preuves de la réalisation du projet (comprenant notamment l’évaluation quantitative du public visé).
• Financer la partie non subventionnée du projet.

La DRAC s’engage à :
• Verser la subvention accordée.

L’ARH s’engage à :
• Verser la subvention accordée, soit dès le budget primitif, soit en cours d’année par décision modificative.

Le Directeur de (nom de l’établissement) [Nom du directeur et signature].
Le Directeur de l’ARH [Jean-Louis Durand-Drouhin et signature].
Le Directeur de la DRAC [François Erlenbach et signature].

Téléchargez ce texte (format PDF).


L'aide aux acquisitions d'ouvrages par le Centre national du livre

Centre national du livre
Hôtel d’Avejan
53, rue de Verneuil
75343 Paris Cedex 07
Tél. 01 49 54 68 68
Fax 01 49 54 68 55
www.centrenationaldulivre.fr

Aide aux acquisitions d’ouvrages
Bibliothèques à publics réservés
(Établissements pénitentiaires, hôpitaux, comités d’entreprise)
2003

Dans le cadre de ses missions d'aide à la diffusion de l'écrit, à l'édition d'ouvrages de vente lente et à la librairie, le Centre national du livre attribue des crédits d'achats de livres et de revues aux bibliothèques — à l'exception des bibliothèques scolaires non ouvertes au public et des bibliothèques pratiquant la location d'ouvrages — afin de favoriser la diffusion d'ouvrages de langue française présentant un intérêt culturel, scientifique ou technique.

Ne peuvent être soutenus par ces crédits : les ouvrages en langues étrangères, les livres d'occasion, les publications d'organismes institutionnels, les supports audiovisuels, les partitions, les cartes géographiques, les annuaires, guides, catalogues, codes juridiques, manuels d'enseignement, les dictionnaires et encyclopédies courants, la presse quotidienne et les magazines grand public. Les CD-ROM et DVD-ROM à contenu culturel, les cassettes et CD de textes lus peuvent être inclus dans les acquisitions dans la limite de 10% du montant du projet total.

Les acquisitions doivent être majoritairement effectuées auprès de libraires, dans le respect du code des marchés publics.

Les aides sont attribuées, de manière ponctuelle, soit à l'occasion de la création ou de l'extension d'un équipement, soit dans le cadre du développement de fonds thématiques, au regard de critères portant sur la pertinence du projet et sur les moyens dont dispose la bibliothèque. Elles ne sont pas automatiques et ne peuvent se substituer au budget d'acquisition habituel de la bibliothèque.

Les bibliothèques d'établissements pénitentiaires doivent satisfaire aux recommandations du protocole interministériel Justice/Culture. Les bibliothèques d'établissements hospitaliers doivent satisfaire aux recommandations du protocole interministériel Santé/Culture. Ces protocoles concernent notamment la formation du personnel, le local permettant l'accès direct des lecteurs aux collections, le budget d'acquisition propre à l'établissement et la recherche de partenariat avec les bibliothèques publiques.

I. Création et extension de bibliothèques

I – A) Tout projet de création ou extension de bibliothèque peut ouvrir droit à une aide du CNL dès lors que les conditions de recevabilité et de présentation des demandes sont remplies.
Cette aide est destinée à compléter le budget déjà prévu par l'établissement pour la constitution du fonds. Elle doit être consacrée à l'achat de livres et de revues sélectionnés dans les secteurs soutenus par le CNL.

Conditions de recevabilité :

• Un coût des travaux en gros œuvre ou second œuvre s'élevant au moins à 9 200 euros (ht).
• Un budget d'acquisition de livres et de revues inscrit spécifiquement dans le budget de l'organisme gestionnaire.
• Un personnel permanent formé.
• Une ouverture au public d'au moins dix heures par semaine et la possibilité d'un accès direct des lecteurs aux collections.

Constitution du dossier :

Toute demande d'aide au titre de la création ou de l'extension doit être présentée au plus tôt un an avant l'ouverture au public, et au plus tard un mois après.

Le dossier doit comprendre :

• Le formulaire C ( création ou extension de bibliothèques) à télécharger du site du CNL complètement rempli, signé par le responsable de l'organisme gestionnaire (président d'association, directeur d'établissement, secrétaire du comité d'entreprise…).
• Un document attestant le coût des travaux et la surface nouvelle consacrée à la bibliothèque.
• Une copie de la convention liant l'établissement à une bibliothèque publique, si elle existe.
• Un relevé d'identité bancaire ou postal.

Pour les associations :

• Un exemplaire des statuts et la composition du bureau.
• Le compte de résultat de l’année précédente et le budget prévisionnel de l’année en cours faisant apparaître les achats de livres et abonnements, visés par le commissaire aux comptes.

Montant des aides :

La subvention est calculée en fonction des m2 nouvellement créés et fixée comme suit :
• Forfait de 3 100 euros pour les cent premiers m2.
• 11 euros le m2 supplémentaire.
Le montant de l'aide ne peut toutefois pas être supérieur au budget propre de la bibliothèque.
En cas de rénovation ou restructuration, seuls les m2 supplémentaires destinés à accroître l'offre de lecture
ou l'accueil du public sont pris en compte.

Cette aide est renouvelable une fois au titre de la première année de fonctionnement :

I – B) Pour prolongation : conditions de recevabilité

Identiques à l'aide à la création.

Constitution du dossier :

La demande doit être présentée au plus tard dans les douze mois suivant l'ouverture ou dans l'année civile qui suit l'attribution d'une aide à la création.

Le dossier doit comprendre :

• Le formulaire F (Première année de fonctionnement) à télécharger du site du CNL complètement rempli, signé par le responsable de l'organisme gestionnaire.
• Les horaires d'ouverture de la bibliothèque.
• Le justificatif d'emploi des sommes accordées l'année précédente par le CNL.
• Un relevé d'identité bancaire ou postal.

Pour les associations :
• Le compte de résultat de l’année précédente et le budget prévisionnel de l’année en cours faisant apparaître les achats de livres et abonnements, visés par le commissaire aux comptes.

Montant des aides :

Le calcul est identique à celui de l'aide à la création.

II. Développement de fonds thématiques

Dans le cadre de ses interventions en faveur de la production éditoriale de langue française, le CNL soutient la création ou le développement de collections sur un ou plusieurs thèmes concernant des ouvrages dits « de vente lente ou difficile » (poésie, théâtre, sciences humaines, sciences…).
Une bibliothèque ne peut solliciter une aide pour le même projet thématique plus de trois années consécutives.

Conditions de recevabilité :

Ce sont les mêmes que pour les créations, à l'exception des travaux.
L'aide attendue du CNL ne devant pas atteindre plus de 50% du coût total du projet.
Il ne peut y avoir de cumul sur un même exercice et pour un même équipement des demandes d'aide à la création ou première année de fonctionnement et de développement de fonds thématique.

Constitution du dossier

Il doit comprendre :

• Le formulaire T (Acquisitions de fonds thématiques) à télécharger du site CNL complètement rempli, signé par le responsable de l'organisme gestionnaire (président d'association, directeur d'établissement, secrétaire du comité d'entreprise…).
• La liste des acquisitions prévues.
• Les justificatifs d'emploi, s'il y a lieu, de toute subvention accordée par le CNL précédemment.
• Un relevé d'identité bancaire ou postal.

Pour les associations :
• Les statuts et la composition du bureau.
• Le compte de résultat de l’année précédente et le budget prévisionnel de l’année en cours faisant apparaître les achats de livres et abonnements, visés par le commissaire aux comptes.

Montant des aides :

Le président du CNL décide des aides attribuées, sur avis du conseiller livre et lecture de la Direction régionale des affaires culturelles. Les critères d'appréciation portent sur l'adéquation du projet aux objectifs du CNL, sur sa cohérence au regard du budget, des moyens et des missions de la bibliothèque.

Transmission et suivi des dossiers :

Les dossiers, établis en deux exemplaires, sont à adresser :
• L'original au Centre national du livre.
• Un double, pour avis, à la Direction régionale des affaires culturelles, à l'attention du conseiller pour le livre et la lecture.
Les avis rendus, pour chaque dossier, par les conseillers livre et lecture sont déterminants pour la suite qui est donnée à la demande.

Justificatif d'emploi :

Les subventions attribuées par le CNL doivent être affectées à la bibliothèque en complément de son budget d'acquisition et utilisées exclusivement à la réalisation du projet documentaire présenté.
Toute attribution donne lieu à l'envoi de justificatifs d'emploi dans le délai maximum d'un an après la date de notification de l'aide et, dans tous les cas, préalablement à toute nouvelle demande.

Les dossiers incomplets ou arrivés hors délai ne sont pas traités en priorité.
Les dossiers ne sont examinés qu'après réception du justificatif d'emploi de l'aide précédente.

Renseignements complémentaires :
Bureau Diffusion du livre en bibliothèque du CNL
Tél. 01 49 54 68 68
ou
Service Livre et lecture de la DRAC du Limousin
Tél. 05 55 45 66 73

Téléchargez ce texte (format PDF).


Qui contacter à la DRAC et à l'ARH

Direction régionale des affaires culturelles du Limousin — DRAC
6, rue Haute-de-la-Comédie
87036 Limoges Cedex
www.culturecommunication.gouv.fr

Agence régionale de l’hospitalisation — ARH
Martine Lévêque
4, avenue de la Révolution
87000 Limoges
Tél. 05 55 31 97 50

Coordination et suivi des dossiers :

Service action culturelle et développement territorial
Conseillère : Marie-Hélène Virondeau
Tél. 05 55 45 66 67

Domaines Culturels :

Service Arts plastiques
Conseiller : Antoine Reguillon
Tél. 05 55 45 66 76

Service du Livre, lecture, patrimoine écrit, archives
Conseillère : Joëlle Cartigny
Tél. 05 55 45 66 73

Service Musique et danse
Conseillère : Marianne Valkenburg
Tél. 05 55 45 66 70

Service Théâtre
Conseillère : Marion Limeuil
Tél. 05 55 45 66 62

Service Cinéma et audiovisuel
Conseillère : Marie-Hélène Virondeau
Tél. 05 55 45 66 62

Service Musées, animation patrimoine
Conseillère : Pascale Samuel
Tél. 05 55 45 66 74

Téléchargez ce texte (format PDF).


Les pôles de ressources régionaux

Pour les arts plastiques : Artothèque du Limousin (Limoges, Guéret, Tulle, Vassivière)

L’Artothèque du Limousin est une association loi 1901 dont la mission est de constituer et de diffuser sur le territoire régional une collection d’art contemporain via un moyen original : le prêt d’œuvres gratuit.
À travers l’appropriation temporaire ainsi offerte, le rapport à l’œuvre d’art peut basculer : on n’est plus seulement spectateur mais aussi acteur.

L’irrigation du territoire régional est assurée par différents relais :

• Le Centre d’art et du paysage de Vassivière.
• L’association Peuple et culture (Tulle).
• La Bibliothèque municipale de Guéret.
• La Bibliothèque francophone multimédia de Limoges.

Pour le cinéma : Pôle régional d’éducation à l’image et le cinéma d’art et d’essai Rex (Brive-la-Gaillarde).

Depuis 2000, le Centre culturel de Brive-la-Gaillarde abrite le Pôle régional d’éducation à l’image, intitulé Les Yeux verts, créé avec l’aide du Centre national de la cinématographie. Cette structure dispose d’un personnel qualifié et de moyens dont peuvent bénéficier les établissements hospitaliers :
• Des outils de conception et de réalisation (caméras, station de montage numérique).
• Une banque de prêt de films (vidéos ou DVD).
• Un pôle de documentation « image » au sein de la Médiathèque.
• Un site Internet (www.lesyeuxverts.com).

Lieu ressource, le pôle a aussi un rôle de conseil et d’accompagnement pour la conception de projets et propose plusieurs pistes de réflexion à partir desquelles pourraient se développer de nouvelles actions :
• L’analyse en groupe de séquences filmées.
• L’analyse de la vision de l’hôpital par la télévision — plusieurs séries télévisées existent sur ce thème — qui pourrait être menée avec les comités d’entreprise des hôpitaux.
• La diffusion dans les chambres de programmes particuliers (courts-métrages, documentaires).
• L’organisation d’opérations autour du cinéma.

Pour le cirque : Les arts à la rencontre du cirque (Nexon)

En juin 2001, les Arts à la rencontre du cirque deviennent l’un des onze pôles des arts du cirque en France. Le Pôle Arts du cirque en Haute-Vienne/ Limoges s’appuie sur l’existence et le savoir-faire et le succès en milieu rural.
Cette structure permet de développer l’enseignement des arts du cirque proposé à Nexon. Il accueille des résidences de création et participe à la diffusion de spectacles de cirque contemporain. Il a aussi pour mission d’intensifier auprès du public les rapports existants, passés et présents entre cirque et cinéma, littérature, arts plastiques, danse, musique, théâtre…
Particulièrement attentif aux créations de spectacles contemporains des arts du cirque et au foisonnement de leur métissages, ce pôle s’inscrit parmi les « lieux conventionnés ».

Pour le livre, la lecture et le conte : Centre régional du livre en Limousin-ALCOL (Limoges).

Le Centre régional du livre en Limousin-ALCOL a pour but de valoriser le livre et la lecture par la coopération entre les acteurs institutionnels et professionnels, en vue de :
• Soutenir l’économie du livre :
- En participant au rayonnement des acteurs du livre.
- En soutenant la production et diffusion éditoriale.
- En initiant une étude sur l’économie du livre.
- En développant la coopération interrégionale.
• Élargir l’horizon littéraire :
- En multipliant les manifestations de découverte du patrimoine littéraire et de la création contemporaine, avec le souci de la faire partager au public des communes rurales.
- En organisant avec les trois bibliothèques départementales de prêt de la région, le festival itinérant du conte Coquelicontes.
- En coordonnant les informations régionales de la manifestation nationale Lire en fête.
• Favoriser l’accès au livre et à la lecture :
- Dans les prisons, les hôpitaux, les centres de loisirs et les écoles.
• Informer et mutualiser les savoirs et savoir-faire :
- En informant sur le rôle du CRLL-ALCOL.
- En réalisant une revue trimestrielle, Machine à feuilles.
- En coordonnant la réalisation du portail régional des établissements documentaires.
- En développant le pôle ressources (auteurs, conteurs, illustrateurs….).
- En organisant des formations.

Pour la musique et la danse : Musique et danse en Limousin (Limoges).

Musique et danse en Limousin est une association régionale de développement de la musique et de la danse, missionnée par le ministère de la Culture et de la Communication (DRAC du Limousin) et le Conseil régional du Limousin. Elle fonctionne en réseau avec les ADIAM Corrèze et Creuse et le Centre régional des musiques traditionnelles.
À partir d’outils tels que la banque de données Réseau musique et danse (RMD), qui recense près de sept cents artistes, cinq cents structures de formation et deux cent vingt organisateurs de spectacles de la région, l’association peut transmettre les coordonnées d’intervenants potentiels (animateur d’atelier, groupes ou artistes susceptibles de présenter des spectacles) pour des projets en milieu hospitalier. Un projet de site internet permettra une consultation plus directe de cette base.
L’association publie aussi tous les trimestres le bulletin de liaison Nouvelles : Le spectacle vivant en Limousin, avec un calendrier des manifestations de la région. Cette publication pourrait présenter des informations, voire une rubrique, sur les actions menées dans les hôpitaux.

Pour le matériel technique et scénique : Parc de matériel de l’Agence technique culturelle régionale du Limousin (ATCRL) (Limoges).

• Assistance technique (formation, conseils…).
• Location et mise à disposition de matériel de scène et d’exposition ; location d’instruments et de pianos de concert. L’objectif est de faciliter l’organisation, par les collectivités locales et des associations, de manifestations culturelles ouvertes au public dans les trois départements du Limousin. 

Pour le Théâtre :

• Le Centre Dramatique National du Limousin — Théâtre de l’Union (Limoges).

Le Théâtre de l’Union — Centre dramatique national est le lieu de référence nationale de diffusion et de création du spectacle vivant et principalement de l’art dramatique dans la région Limousin.
Il a pour mission :
- La création théâtrale dramatique de service public.
- La production de spectacles dont plusieurs d’auteurs vivants de langue française.
- La production, l’accueil et le soutien aux créations régionales émergentes.
- L’action de sensibilisation en direction des publics.
- La formation et l’initiation au théâtre en menant des actions conjointes avec les établissements scolaires et les universités.

Il héberge l’Académie théâtrale de l’Union qui s’adresse en priorité à de jeunes acteurs en début de parcours professionnel. Elle garantit l’apprentissage des fondamentaux du théâtre et propose une dimension professionnelle, le renforcement de la présence de metteurs en scène invités, la possibilité aux élèves de participer aux activités de décentralisation du CDN, de développer des échanges avec d’autres écoles de théâtre, l’ouverture de la formation à des acteurs étrangers et francophones pour croiser des pratiques et des cultures différentes.

C’est l’équipement majeur du spectacle vivant en Limousin par son rayonnement Il œuvre en réseau avec les autres structures implantées en Région (Scène nationale — Scène conventionnée).

• La Scène nationale d’Aubusson – Théâtre Jean Lurçat (Aubusson).

Le Théâtre Jean-Lurçat, labellisé Scène nationale d’Aubusson, est un pôle culturel et artistique qui développe des liens avec les autres structures culturelles les autres acteurs culturels du département de la Creuse, de la région Limousin mais aussi de l’Hexagone.
Cet espace pluridisciplinaire a pour mission de :
- S’affirmer comme un lieu de production artistique de référence nationale en matière de culture contemporaine.
- Organiser la diffusion et la confrontation des formes artistiques en privilégiant la création contemporaine.
- Participer à une action de développement afin de favoriser de nouveaux comportements à l’égard de la création artistique.
- Développer les actions de diffusion et de sensibilisation en direction du public jeune.

• La scène conventionnée de Tulle – Les sept collines (Tulle).

Le Théâtre de Tulle, labellisé scène conventionnée en 2000, constitue un pôle de référence dans les domaines du spectacle vivant à Tulle et en Corrèze. Il s’insère dans les réseaux de création et de diffusion locaux, départementaux, régionaux ainsi que nationaux.
Il a pour objectif :
- La diffusion pluridisciplinaire dans la diversité des formes et des expressions en matière de théâtre, de musique et de danse (notamment de danse contemporaine).
- L’accompagnement des talents émergents de la région du Limousin.
- La programmation pour convaincre des publics différents.
- La programmation de formation en direction des pratiques amateurs.

• Les arts de la rue — Centre de recherche international sur le théâtre-image (CRISTI) (Limoges).

Le Centre de recherche international sur le théâtre-image (CRISTI) est une structure qui propose depuis 1984 de développer des actions de formation/création en rapport avec le théâtre-image et les disciplines suivantes : danse, arts plastiques, artisanat du théâtre.
Il met en place depuis 1990 le festival de théâtre de rue Urbaka qui s’adresse à tous les publics.
Durant plusieurs jours, le théâtre de rue (plasticiens, musiciens, acteurs) investit différents lieux de la ville de Limoges. Il implique largement un jeune public dans le cadre d’ateliers de pratique artistique en milieu scolaire (costumes, décors…).

Téléchargez ce texte (format PDF).

 

 




Téléchargez un plan de localisation des établissements hospitaliers en région Limousin en cliquant sur l'icône ci-dessus.