ALCA* – Agence livre, cinéma et audiovisuel en Nouvelle-Aquitaine, site de Limoges

* Née de la fusion d’Écla, du Centre régional du livre en Limousin 
et du Centre régional du livre et de la lecture en Poitou-Charentes

haut_critiques

Feuilles reçues / Critiques archivées des Éditions Stock


L'Ivresse des rimes

L'Ivresse des rimes
,
de Laurent Bourdelas,
Éditions Stock (Collection « Écrivins »), 2011,
159 pages, 14,00 euros,
ISBN : 978-2-234-06417-1.

Grand lecteur de poésie, poète lui-même, Laurent Bourdelas est aussi historien. Il s’est plongé, visiblement avec délice, dans l’histoire littéraire du XIXe siècle pour étudier le rapport que les poètes ont entretenu avec le vin et l’ivresse.
Poètes vignerons, ivrognes, maudits ou hydropathes, l’auteur fait preuve d’un réel talent de conteur pour nous dresser le parcours des grands poètes buveurs du siècle romantique, de Vigny à Cendrars, de Lamartine à Rollinat, du destin le plus sordide (Nerval) au plus fulgurant (Rimbaud, Apollinaire). Truffé d’anecdotes, de citations et de références liées non seulement à l’histoire politique ou sociale de l’époque, mais aussi aux autres arts et en particulier à la peinture, ce nouvel opus de la Collection « Écrivins » des Éditions Stock, dirigée par Philippe Claudel, souligne, une fois encore, le compagnonnage fructueux de la plume et de l’ivresse.



Monsieur Bob

Monsieur Bob
,
d'Olivier Bailly,
Éditions Stock (Collection « Écrivins »), 2009,
191 pages, 14,50 euros,
ISBN : 978-2-234-06245-0.

Un coin de zinc, un ballon de rouge et Bob. Voilà l'univers que nous dépeint Olivier Bailly dans cette biographie. Certains esprits mal avisés le diraient poivrot, amusant la galerie pour y trouver un coup à boire. Mais Monsieur Bob, c'est tout autre chose. Poète au premier abord, la chevelure hirsute, l'allure menue, Robert Giraud de son vrai nom apparaît comme l’épicentre culturel de la nuit parisienne des années quarante. Connu et reconnu de tous ses habitués, pourtant sans prétention, Bob est un homme qui montre au grand public les marginaux. Qu'ils soient tatoués, clochards, journalistes, artistes, ou tout simplement des « gars de la nuit », il n'en est pas un que ce chineur n'ait pas confessé. Parlant aux clochards de la même manière qu’il discutait avec de grands artistes, il a laissé à tous le souvenir d’un copain, voire d’un ami, mais certains évoquent en lui le poète de la rue, l’amoureux de la langue, le conteur, et surtout l’homme insolite qu’il était.
Monsieur Bob, c'est une biographie qui se comporte comme son protagoniste : ça louvoie, de-ci de-là, ça pétille, ça turbine… Un véritable feu d'artifice d'anecdotes, de métaphores et de références. On aurait presque du mal à croire qu'un tel homme ait connu autant de monde, autant d'univers et autant d'artistes sans y gagner la popularité qu'il aurait mérité.