ALCA* – Agence livre, cinéma et audiovisuel en Nouvelle-Aquitaine, site de Limoges

* Née de la fusion d’Écla, du Centre régional du livre en Limousin 
et du Centre régional du livre et de la lecture en Poitou-Charentes

haut_critiques

Feuilles reçues / Critiques archivées des Éditions Solilang


Le Jardin de Mnémosyne

Le Jardin de Mnémosyne
,
de Guillaume Delpeyroux,
(tome 2 de la saga Douzemonde),
Éditions Solilang, 2012,
239 pages, 18,00 euros,
ISBN : 978-2-84932-075-4.

Ce deuxième tome de la saga Douzemonde, débutée avec Willy Martial et le miroir de porcelaine, nous plonge dans un nouveau monde et un nouveau conte.
Pas de repos pour Willy et ses compagnons qui enchaînent les aventures en faisant face à de nouvelles forces maléfiques.
Dans ce volume, nous faisons la connaissance d'une famille de gardiens, d'un roi fou ou encore d'une fée maladroite. La mythologie fait également son entrée, toujours émaillée de références au Limousin que nous connaissons et que nous redécouvrons. Notre région s'enchante, tout comme le lecteur.
Alors que le premier tome était raconté du point de vue du jeune Willy, celui-ci est vu par les yeux de son amie Catherine, permettant ainsi d'en apprendre plus sur son passé et sur son destin, tous deux étroitement liés.
Ce deuxième tome est plus prenant encore que le précédent car nous nous retrouvons directement au cœur de l'action, qui va d'ailleurs croître jusqu'au chapitre final qui risque fort de laisser les lecteurs sur leur faim, en attendant la sortie du tome 3.
Il n'y a pas d'illustrations intérieures dans ce tome, mais la couverture, de nouveau dessinée par Rémi Charlier, est d'une grande qualité.



Willy Martial et le miroir de porcelaine

Willy Martial et le miroir de porcelaine
,
de Guillaume Delpeyroux,
illustrations de Rémi Charlier
Éditions Solilang, 2011,
213 pages, 18,00 euros,
ISBN : 978-2-84932-063-1.

« Quand tu ouvres un livre, tu ne sais pas encore dans quel monde tu vas être aspiré.
Quand tu les ouvres tous, c'est l'univers entier que tu aspires. » Ainsi s'annonce cette heroic fantasy destinée à la jeunesse, Celle-ci, publiée par les Éditions Solilang, s'adresse en outre à un public local, qui appréciera sans doute les multiples clins d'œil concernant la bonne ville de Limoges et ses environs. Dès le titre et dès l'illustration de couverture, le jeune lecteur est invité à ce petit jeu de miroir (c'est le cas de le dire) où il se reconnaîtra et où il retrouvera des lieux qu'il connaît. Il se laissera entraîner dans un flot d'aventures tout au long de quarante-huit chapitres haletants de surprises et d'exclamations aussi incessantes qu'explosives.
Au quatrième chapitre, le jeune héros Willy sera arraché inopinément à sa vie quotidienne – le collège, ses parents souvent absents, son demi-frère brutal, ses écrans – et happé au milieu d'un violent orage, pour se retrouver (d'abord interloqué) bien des siècles en arrière (?), dans un monde apparemment ancien et assurément fabuleux. Arraché, plus ou moins d'ailleurs, tant ce monde peuplé de trolls, dragons et autres créatures fantastiques ressemble à celui de ses jeux vidéo, dont il identifie les péripéties l'une après l'autre. À travers ce miroir de porcelaine, talisman magique emprunté, entre autres, à Perrault et à la mauvaise fée marâtre de ses contes, se reflètent nombre de références connues. Le garçon, au fil des épreuves surmontées, acquerra l'invincibilité du héros et accédera à une connaissance supérieure.
Et ce n'est qu'un début : un prologue, mettant en scène la princesse Merle face à l'amazone Hyppolita, et le réveil d'Outroupistache né du sein d'un bloc de cristal irradiant (il réapparaîtra au chapitre 12) laisse prévoir une longue suite à ce premier épisode des « Chroniques de Douzemonde ». Celles-ci s'annoncent prolifiques.
On souhaite donc à l'auteur, jeune enseignant en lycée, mais aussi animateur de radio et comédien – dont nous apprenons qu'il eut un prix littéraire à l'âge de huit ans pour son premier roman policier –, de capter un public fidèle. Les illustrations en couleurs (au nombre de seize, pleine page) de Rémi Charlier devraient y contribuer.



Voyager presque gratuit

Voyager presque gratuit :
Guide des réseaux d'hospitalité
,
de Jean-Yves Hégron et Jean-Louis Pagès,
Éditions Solilang
(Collection « Tourisme du troisième type »), 2009,
191 pages, 9,60 euros, ISBN : 978-284932-028-0.

Particulièrement acerbe avec l’économie touristique, ce guide prône un retour aux sources du tourisme. En effet, plutôt que de devoir restreindre un voyage à cause d’un budget limité, Voyager presque gratuit nous propose de redécouvrir les principes de l’hospitalité, c'est-à-dire de se faire loger chez l’habitant. Croyez-vous économiser ainsi uniquement vos nuitées à l’hôtel ? Bien sûr que non ! L’expérience et les nombreux témoignages nous montrent que le don n’est pas à sens unique : l’invité donne également beaucoup à celui qui le reçoit. En réalité, ce type de tourisme est la concrétisation d’un idéal culturel : l’un est logé (et souvent nourri) à moindre frais, mais il partage beaucoup de son monde, son voyage, sa culture… L’autre n’est pas en reste non plus : il reçoit, aide et bien souvent accompagne l’étranger dans une visite locale des plus originales.
Bien entendu, ce type de voyage s’est officialisé et a notamment pris forme dans des services tels que HospitalityClub, CouchSurfing, BeWelcome ou encore Servas. Jean-Yves Hégron et Jean-Louis Pagès nous dressent ici l’inventaire des connaisances à assimiler pour partir dans une de ces épopées peu onéreuse. Que ce soit par le biais de l’historique d’un service et la biographie rapide de son fondateur, ou par celui des témoignages qui pullulent, le lecteur se sent indéniablement attiré par le concept.
Que l’expérience soit positive ou négative, ce sytème offre avant tout une meilleure connaissance de soi-même et de l’autre, alors pourquoi ne pas tenter ?



Taïwan plus : Repères de vie quotidienne

Taïwan plus : Repères de vie quotidienne
,
de Raphaël Guillet,
Éditions Solilang, 2008,
255 pages.
- Version « ordinaire, tout public » :
19,00 euros, ISBN : 978-2-84932-019-8.
- Version réservée aux bibliothèques :
29,00 euros, ISBN : 978-2-84932-018-1.

Axé, comme à son habitude, sur des repères de vie quotidienne, le guide Taïwan Plus est à la fois une mine d’informations pour les touristes désireux de se rendre sur place, et une entrée agréable dans l’univers d’un pays somme toute assez mal connu. Fourmillant d’informations essentielles ou plus anecdotiques, ce guide vous permettra, par exemple, d’apprendre qu’il ne faut jamais planter les baguettes dans le bol de riz, car cela évoque les rites mortuaires d’offrandes de nourriture !
Compléments utiles d’un guide de voyage « classique », les guides Solilang bénéficient d’une mise en page renouvelée, plus aérée, avec un rubricage plus clair, et surtout d’une impression en couleur qui permet de mieux appréhender la réalité du pays.



Turquie plus : Repères de vie quotidienne

Turquie plus : Repères de vie quotidienne
,
de Jean-Louis Pagès,
Éditions Solilang, 2006,
256 pages.
- Version « ordinaire, tout public » :
18,00 euros, ISBN : 2-84932-009-9.
- Version réservée aux bibliothèques :
24,00 euros, ISBN : 2-84932-008-0.

Solilang, éditeur de guides de voyage alternatifs et solidaires, publie une édition de son guide Turquie plus sous une version « tout public » (avec notamment une reliure en spirale permettant un maniement aisé lors de déplacements) et une autre spécialement dédiée aux bibliothèques (reliure avec un dos carré collé).
Nul doute que ces formats seront très prisés. Le principe de cet ouvrage, simple et indispensable (qui s'intègre dans une collection : Grèce, Tunisie, Égypte, Chine…), est de permettre aux voyageurs de mieux connaître la vie quotidienne des habitants du pays qu’ils s’apprêtent à visiter.
Le guide s’organise autour de quinze thèmes comme « Flâner », « S’informer », « Les symboles » ou « Les animaux ».