ALCA* – Agence livre, cinéma et audiovisuel en Nouvelle-Aquitaine, site de Limoges

* Née de la fusion d’Écla, du Centre régional du livre en Limousin 
et du Centre régional du livre et de la lecture en Poitou-Charentes

haut_critiques

Feuilles reçues / Critiques archivées de Collection La main courante


Pierre Courtaud : Poète, éditeur, ami des artistes

Pierre Courtaud : Poète, éditeur, ami des artistes
,
de Bertrand Courtaud,
Collection La main courante, 2012,
50 pages, 10,00 euros,
ISBN : 978-2-913919-42-6.

Pierre Courtaud s’en est allé en janvier 2011, alors qu’il allait avoir soixante ans.
Bertrand Courtaud, son neveu, professeur de lettres et collaborateur privilégié de son oncle, a organisé au printemps 2012, à La Souterraine, l’exposition « Pierre Courtaud : Poète, éditeur, ami des artistes ».
Le catalogue qui accompagne l’exposition permet de se replonger dans l’étude précise et érudite que Bertrand Courtaud fait du travail de son oncle, en ne séparant jamais les activités d’éditeur, d’écrivain et de lecteur de Pierre Courtaud, ainsi que dans les riches collaborations artistiques qu’il a entretenues. Secret, pudique, n’ayant pratiquement jamais quitté La Souterraine en raison d’une santé fragile, Pierre Courtaud a mené en une trentaine d’années un travail exceptionnel d’édition – avec la Collection La main courante – et d’écriture : plusieurs dizaines d’ouvrages parus, marqués par une grande exigence de qualité, une constance et une fidélité rares aux auteurs et aux artistes auxquels il était lié.
Avec plus de cent quarante titres publiés à La main courante, il s’est en effet imposé comme un éditeur de poésie et de littérature contemporaine « de pointe » : moderne, expérimentale, parfois hermétique, la littérature qu’il choisit de publier se soucie peu du lecteur et encore moins des modes.
Bertrand Courtaud a montré également dans cette exposition-hommage la fidélité de son oncle et sa constante curiosité pour la philosophie, la musique et la peinture. Sa proximité avec des artistes comme John Cage, Henri Chopin ou Leonard Cohen, et son amitié avec Jean Mazeaufroid, Rémy Pénard ou Jean-Marc Scanreigh sont finement analysées.
L’exposition et le catalogue qui l’accompagne montrent enfin un Pierre Courtaud intime moins connu, que seul un fin connaisseur de l’homme et de l’auteur comme Bertrand Courtaud pouvait nous révéler : il nous confirme son attachement très profond à la Creuse et au Pays sostranien, la place que la maladie et la cécité occupent dans son œuvre, mais nous révèle aussi un auteur de pages magnifiques sur sa mère.
Hommage au fondateur de la maison d’édition, cet ouvrage est aussi le premier publié par Bertrand Courtaud, qui souhaite continuer à faire vivre La main courante en respectant l’esprit et la lettre de son créateur.



Les petits quarts d’heure impitoyables de Van Gogh : Le livre de La main courante

Les petits quarts d’heure impitoyables de Van Gogh : Le livre de La main courante
,
de Pierre Courtaud,
Collection La main courante, 2006,
55 pages, 13,00 euros, ISBN : 2-913919-26-X.

Pierre Courtaud pose son regard d’écrivain sur son travail d’éditeur. Pour les vingt ans de sa Collection La main courante, il « construit ce nouveau livre à la manière d’un jeu, un jeu de dominos, en juxtaposant chaque mot, chaque membre de phrase afin d’obtenir un texte entièrement à part, l’ensemble constituant une sorte d’anthologie fictionnelle… »