ALCA* – Agence livre, cinéma et audiovisuel en Nouvelle-Aquitaine, site de Limoges

* Née de la fusion d’Écla, du Centre régional du livre en Limousin 
et du Centre régional du livre et de la lecture en Poitou-Charentes

haut_critiques

Feuilles reçues / Critiques archivées d'Éditinter éditions


Écorché vif et cris

Écorché vif et cris
,
d'Alain Lacouchie,
préface de Jean Joubert,
Éditinter éditions (Collection « L’échappée belle »), 2009,
87 pages, 15,00 euros,
ISBN : 978-2-35328-041-4.

Le titre de ce nouveau recueil d’Alain Lacouchie annonce la couleur : celle d’un « écorché vif » qui ne décolère pas, duquel l’écriture n’a cessée de s’aiguiser, à l’image de la violence qu’elle met en mots, depuis la parution des Rapaces en 1992.
Le livre, orné comme à l’accoutumée de dessins en noir et blanc de l’auteur, décline, le long de quatre longues séquences et d’une centaine de courts poèmes, la description cauchemardesque d’un univers qui pourrait bien être le nôtre, tout rapprochement que le lecteur pourra faire avec des photographies connues et largement diffusées dans la presse internationale (l’une des sources d’inspiration du poète) n’étant sans aucun doute nullement innocent… Face à l’humanité brisée, captive de sa misère (« Grenade explosive à son corps violé, les brûlures / dans son présent l’impatiente d’une vie à l’envers. Elle est un oiseau mécanique qui grince de rouille… »), l’auteur souhaite continuer « une poésie de combat », conforté en ce sens par la préface que lui signe Jean Joubert (prix Renaudot et Mallarmé) qui note bien combien cela ne saurait s’accomplir sans fraternité : « Dis-moi tes entrailles, je lancerai ton cri, car il est aussi le mien ».
Heureusement pour l’auteur, pour ses lecteurs, il y a aussi la présence à la fois réconfortante et réflexive des arts (la musique, maintes fois convoquée, la peinture, par exemple Egon Schiele…) et de la femme aimée, surtout. Cette dernière est célébrée dans l’ensemble intitulé « Onctueux », qui clôt le recueil : « Un moment sur ta peau est un saut dans l’oubli ».