ALCA* – Agence livre, cinéma et audiovisuel en Nouvelle-Aquitaine, site de Limoges

* Née de la fusion d’Écla, du Centre régional du livre en Limousin 
et du Centre régional du livre et de la lecture en Poitou-Charentes

haut_critiques

Feuilles reçues / Critiques archivées des Éditions Anne-Carrière


Reflex

Reflex
,
de Maud Mayeras,
Éditions Anne-Carrière, 2013,
366 pages, 21,00 euros,
ISBN : 978-2-8433-7719-8.

Au cours d’un été de canicule, Iris Beaudry revient dans le quartier où elle a vécu enfant avec ses parents. Son père est mort plusieurs années auparavant, sa mère, qu’elle déteste, vit ses derniers instants dans une institution spécialisée. Photographe à l’identité judiciaire où elle documente par l’image les fraîches scènes de décès, le plus souvent de crime, elle tente de noyer dans les cartes mémoires de son appareil photo Reflex l’image insoutenable de son propre enfant sauvagement assassiné onze années plus tôt. Plus morte que vive, elle n’a que la cigarette, l’alcool, la vitesse de sa moto et le déclencheur de son Reflex auxquels se raccrocher. En parallèle à cette sinistre situation, on suit le destin d’Henri Witkin, qui n’est pas plus enviable que celui d’Iris, loin s’en faut. Orphelin de père (il s’est pendu), Henri a assisté dans son enfance à la mort de sa mère dans un accident de voiture alors qu’il était sur ses genoux. Resté seul avec un morceau de peau de sa mère entre les dents, Henri garde de cet épisode une pulsion qui le conduit à dépecer très régulièrement hommes, femmes et enfants pour collectionner des morceaux de peau.
Maîtrisant parfaitement les codes du thriller, Maud Mayeras tient remarquablement l’attention de son lecteur sur près de quatre cents pages : phrases courtes, univers noir, suspense bien orchestré, construction fine du récit, dénouement surprenant et particulièrement réussi. Dans un Limoges où l’on ne reconnaît que les usines de porcelaine désaffectées et la proximité des lacs, la jeune auteure trentenaire brouille habilement notre vision du bien et du mal, en donnant de l’humanité à l’horreur et en pointant la culpabilité des soi-disant victimes.