Centre régional du livre en Limousin


Contrat de progrès / Présentation


 



Contrat de progrès pour l'économie du livreLa signature officielle du Contrat de progrès pour l’économie du livre en Limousin a eu lieu à l’Hôtel de Région, à Limoges, le jeudi 2 février 2012 en présence d’une cinquantaine de professionnels du livre.
Initié par la Région et la DRAC du Limousin, ce Contrat de progrès concerne toute la filière du livre dans ses dimensions économiques, en particulier les libraires et les éditeurs, et privilégie les actions collectives et les opérations mutualisées.
Voté pour une période de trois ans (2012-2014), ce Contrat de progrès est animé par le Centre régional du livre en Limousin. Une enveloppe moyenne de 140 000 euros par an est affectée à ce dispositif.

Présentation du Contrat de progrès pour l'économie du livre en Limousin :

I. Contexte général

I. A. La politique régionale

Le Schéma régional de développement économique (première génération) a fixé les axes de la stratégie de développement économique de la Région. Dans ce cadre, il a notamment mis en avant :
- Le choix de la proximité, de l’intelligence et de l’efficacité collective pour une concertation entre les acteurs institutionnels, dont les organisations professionnelles, afin d’agir ensemble et de définir des objectifs et les actions à mettre en œuvre pour les atteindre.
- Le choix d’une économie compétitive et diversifiée en développant des dynamiques collectives en région et se connecter à des réseaux plus larges pour mettre en place des stratégies sectorielles et intersectorielles, ce qui engendrera une participation financière de la Région à l’animation et aux programmes d’actions initiés dans le cadre d’un Contrat de progrès signé avec les institutions représentatives de la profession.

Il s’agit, dans le cas de l’économie du livre, de pérenniser une filière régionale bien représentée qui présente un impact sur l’emploi (direct ou induit : auteurs, imprimeurs, transporteurs) pour sa partie amont et un impact sur le maillage du territoire pour sa partie aval.

I. B. La politique nationale

« Le livre reste la porte d'entrée privilégiée aux univers de la culture. » (Frédéric Mitterrand)

Le ministère de la Culture et de la Communication a classé le soutien à l’économie du livre comme une priorité. Le soutien apporté à cette filière repose sur un ensemble de dispositifs à l’attention des auteurs, des éditeurs, des libraires, soit pour l’ensemble de la chaîne du livre. Depuis la création en 1981 du Prix unique du livre, étendu récemment au livre numérique, les aides directes concernent :
- Le développement des petites et moyennes maisons d’édition qui bénéficient d’un soutien au cas par cas apporté par le CNL (prêts ou avances pour des investissements éditoriaux ou renforcement des fonds propres ou de trésorerie) et d’aides attribuées par les DRAC pour des opérations d’information, de publication ou de promotion.
- Les librairies indépendantes. Confrontées à la fois à la hausse de leurs charges d’exploitation, à la concentration grandissante du commerce du livre (FNAC, France-loisirs, supermarchés) et au développement des librairies en ligne, elles bénéficient de différentes mesures : subventions gérées par les DRAC pour le développement de l’entreprise ou de ses projets d’animation, aides du CNL sous forme de prêts sans intérêt pour le développement, la reprise ou la création de librairies indépendantes, aides du CNL dans le cadre de la valorisation de leur fonds ou encore labellisation LIR qui ouvre la possibilité à une exonération de taxe professionnelle depuis 2010.
- Les auteurs qui sont quant à eux soutenus par le CNL essentiellement, par le biais de bourses ou de crédits de résidence ou encore par des aides à la traduction.

Les dispositifs gérés par le CNL et les DRAC sont donc complémentaires et coordonnés avec les autres actions de promotion de la lecture et de développement des bibliothèques. Indirectement, le soutien par les achats publics, les aides à la traduction, à la création, aux résidences d’écrivains et aux animations littéraires participent de cette même politique de soutien à la chaîne du livre.

L’arrivée des opérateurs de vente en ligne et le développement des technologies numériques ont modifié les équilibres traditionnels, suscitant de nouvelles interrogations. Le ministère de la Culture et de la Communication lance à cet effet une mission sur l’avenir de la librairie ; l’enjeu est de promouvoir la diversité éditoriale et de maintenir une offre de librairies indépendantes sur l’ensemble du territoire national en identifiant les facteurs de réussites de ces librairies face au développement des nouveaux modes de distribution des livres.

I. C. L’audit

Un audit a été mené d’octobre à décembre 2010 par le cabinet Émergences Sud à la demande du CRLL. Ce cabinet s’est appuyé sur deux états des lieux réalisés par le CRLL sur l’édition (2008) et la librairie (2009).
Dans un premier volet, le cabinet a réalisé un état des lieux de la filière en Limousin en présentant des données nationales à titre comparatif, ce qui a permis de mettre en évidence quelques grandes problématiques. Dans un second volet, des préconisations ont pu être proposées.

Ainsi, il a été confirmé que le Contrat de progrès pouvait s’adresser à plusieurs catégories de bénéficiaires :
- Les libraires.
- Les éditeurs.
- L’interprofession (plusieurs acteurs de la filière concernés).

Chacun de ses acteurs présente des caractéristiques et des problématiques pour lesquelles des actions adaptées devront être menées. À titre d’exemple, on pourra noter que :
- L’édition est un secteur fragile et très hétérogène dans lequel les conditions de diffusion ou de distribution ne sont pas satisfaisantes et qui est confronté à des mutations technologiques en cours très importantes (le livre numérique notamment).
- Le secteur de la librairie présente également une relative fragilité, notamment du fait de la très petite taille des structures ou du poids des frais de transport, qui est accrue par la concurrence de nouveaux modes de distribution (Internet, grande distribution) alors même que les produits comme les prix sont identiques.

I. D. Le périmètre du Contrat de progrès relatif à l’économie du livre – CPEL

Le Contrat de progrès s’adresse :
- Aux libraires indépendants (librairie dont le dirigeant est l’actionnaire principal de son activité et, par extension, toute librairie dont le gérant possède la totale liberté de choix de son assortiment) : entreprise (individuelle ou sous forme de société) ayant réalisé moins de 3M d'euros de chiffre d'affaires au cours du dernier exercice, présentant une offre minimale de mille titres disponibles et ayant signé la Charte de l’Association des libraires indépendants du Limousin (cette signature n’implique pas obligatoirement l’adhésion à cette association).
- Aux éditeurs du Limousin sous forme associative ou commerciale (entreprise individuelle ou société), dont moins de la moitié des produits d’exploitation est assurée par les aides publiques et ayant signé la Charte nationale des éditeurs en région.
- À l’ensemble des professionnels du livre concernés par les problématiques de développement économique.

II. Programme d’actions (en italique : des exemples d’actions prévues)

Le CPEL a pour axe stratégique la pérennisation et le développement de la filière économique du livre en Limousin. Il s’articule autour de quatre objectifs stratégiques spécifiques et de plusieurs objectifs intermédiaires puis opérationnels matérialisés par des actions ciblées.

II. A. Axe 1 : Pérenniser et développer la librairie indépendante en Limousin

II. A1. Conforter et développer le maillage de la librairie indépendante

Il s’agit à la fois de conforter les structures existantes par un accompagnement adapté mais aussi de mettre en place les conditions favorables à son développement quel que soit le point du territoire.
- Favoriser la création et la transmission des librairies et le développement de leur chiffre d'affaires.
- Gestion prévisionnelle des emplois et des compétences : professionnaliser les structures.
Programme de formations : deux jours prévus en 2012, quatre en 2013, quatre en 2014.
- Optimiser les modalités d’approvisionnement.
Recensement des dispositifs de transports existants, mise en œuvre ou non d’une expérimentation nouvelle en 2012 et 2013.

II. A2. Faciliter l’accès à de nouveaux marchés

Il s’agit d’assurer une commercialisation plus large des livres par le libraire.
- Promouvoir la librairie indépendante avec l'ALIL (Association des libraires indépendants du Limousin).
Action médiatique sur la librairie indépendante, type « coups de cœur » en 2012, plan médiatique en 2013, 2014.
- Conforter son rayonnement avec l'ALIL.
Organisation d’un événement collectif annuel.
- Favoriser l’informatisation des structures.
- Proposer de nouveaux services en ligne.

II. B. Axe 2 : Pérenniser et développer l’édition en Limousin

II. B1. Développer les structures

Il s’agit de développer les structures existantes autour de deux axes :
- Favoriser le développement du chiffre d'affaires.
- Gestion prévisionnelle des emplois et des compétences : professionnaliser les structures.
Organisation de sessions de formation : quatre jours en 2012, six jours en 2013, six jours en 2014.

II. B2. Faciliter l’accès à de nouveaux marchés (nouvelle édition du répertoire Éditeurs en Limousin)

Les éditeurs doivent être en capacité de développer la commercialisation de leurs ouvrages de manière plus importante et plus facile.
- Faciliter l’accès au marché régional.
- Faciliter l’accès au marché national.
Organiser la présence des éditeurs sur des salons nationaux, 2012-2014.
Recenser les distributeurs existants en 2012.
- Faciliter l’accès aux marchés internationaux.
- Optimiser la distribution.

II. B3. Favoriser l’innovation en réponse aux mutations technologiques

Face aux mutations technologiques qui frappent le secteur du livre et plus particulièrement de l’édition, il a été fait le choix de permettre aux éditeurs de mettre en place des réponses innovantes adaptées.
- Favoriser la numérisation des œuvres des éditeurs.
- Se former à l’e-distribution.
Organiser la formation au numérique (fichiers, commercialisation : quatre jours en 2012, 2013, 2014).
- Lancer une expérimentation collective sur le livre de demain.

II. C. Axe 3 : Pérenniser et développer l’interprofession du livre en Limousin

L’interprofession se définit comme l’ensemble des acteurs de la filière du livre. Il s’agit ici des actions qui auront un impact sur divers maillons de la chaîne.

II. C1. Anticiper les mutations technologiques

Les mutations technologiques concernent l’ensemble de la filière qui doit être prête à y répondre.
- Accompagner l’ensemble des professionnels (libraires et éditeurs) dans leur démarche d’approche du changement.
2012 : organisation d’une journée interprofessionnelle.
- Lancer une étude sur le « print on demand » (équipement permettant d’imprimer un ouvrage dans son intégralité à l’unité ou en très petites séries).

II. C2. Favoriser l’accès à de nouveaux marchés

L’accès à certains marchés implique plusieurs acteurs de la profession, et notamment des acteurs publics (bibliothèques, collectivités, établissements publics…) : une approche coordonnée peut se mettre en place.
- Favoriser l’accès des libraires aux marchés publics.
Organiser une journée de formation bibliothèques-librairies pour favoriser l’accès au marché public.
- Augmenter la visibilité régionale de l’édition, de la librairie et des auteurs régionaux.
Salon annuel de l’édition en région.
- Développer la commercialisation sur le marché régional de manière conjointe aux libraires et aux éditeurs.
Réalisation d’une opération commerciale concertée.

II. D. Axe 4 : Animer le Contrat de progrès

Le Centre régional du livre en Limousin, porteur de projet de l’opération, assurera la mise en œuvre des actions nécessaires pour l’atteinte des objectifs. Il fera appel aux structures représentatives de la profession, comme l’Association des libraires indépendants du Limousin (ALIL), pour certaines actions particulières.

Il sera donc en charge de la coordination et de l’animation des actions du Contrat de progrès :
- Mise en œuvre du plan d’actions du CPEL.
- Coordination des différentes actions.
- Suivi des indicateurs et incrémentation des différents outils de pilotage à définir.

III. Durée

Le Contrat de progrès pour l’économie du livre et ses actions se déroulent à compter du 1e décembre 2011 jusqu’au 31 décembre 2014. Il fera l’objet d’une évaluation finale.

IV. Plan de financement

Le budget du Contrat de progrès, comprenant l’animation et les actions, s’élève à environ 140 000 euros en moyenne par an pour trois ans.
Les actions seront financées au fil de l’eau selon les demandes effectivement présentées par le porteur de projet selon la procédure de demande prévue au règlement intérieur. Dans le cadre de certaines actions, d’autres financements régionaux ou non pourront être mobilisés tels que : Objectif création, les Organismes paritaires de collecte agréés (OPCA) ou des aides d’autres collectivités. Par ailleurs, la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC) abondera le financement des actions dans le cadre d’enveloppes budgétaires déterminées annuellement.
La Région financera uniquement des actions collectives. La DRAC pourra éventuellement, en fonction des objectifs nationaux et régionaux et de ses disponibilités budgétaires, accompagner financièrement des actions individuelles.
Enfin, dans le cadre de certaines actions, d’autres financeurs pourront être mobilisés ponctuellement.

 

journée interprofessionnelle sur le thème de « Livre numérique – livre papier : une nécessaire complémentarité »Dans le cadre du Contrat de progrès pour l’économie du livre en Limousin, le Centre régional du livre a organisé, le lundi 1er décembre 2014, à l’Hôtel de Région, à Limoges, une journée interprofessionnelle sur le thème « Livre numérique – livre papier : une nécessaire complémentarité ».
Retrouvez le programme détaillé accompagné de la restitution des interventions.


Contrat de progrès pour le livre : Mode d'emploiEn 2013, la FILL (Fédération interrégionale du livre et de la lecture) a publié le guide Contrat de progrès pour le livre : Mode d'emploi.
« Renforcer la cohésion entre les acteurs et partenaires de la chaîne du livre, à l'échelon des régions, représente une piste de travail à privilégier à l'heure où les éditeurs et les libraires se trouvent confrontés, dans un contexte économique difficile, à des évolutions structurelles importantes.
En 2011, le ministère de la Culture et de la Communication a donc proposé l'idée d'une campagne de contractualisation entre l'État et les collectivités locales destinée à encourager la signature de contrats de progrès. Adaptés aux spécificités régionales, ces contrats doivent permettre de mutualiser les moyens budgétaires, de coordonner autour d'objectifs communs les interventions de l'État et des collectivités, et de croiser les expertises pour améliorer la prise en compte des nouveaux enjeux, dans le cadre de politiques d'aménagement et d'animation culturelle concertées.
S'appuyant sur des expériences menées en régions, ce guide entend proposer aux différents acteurs du soutien à la chaîne du livre des éléments méthodologiques destinés à faciliter la mise en œuvre de contrats de progrès sur l'ensemble des territoires. »
(Nicolas Georges, directeur chargé du livre et de la lecture, ministère de la Culture et de la Communication, et Laurent Delabouglise, président de la Fédération interrégionale du livre et de la lecture)
Téléchargez le guide au format PDF.