Jacques-Émile Deschamps

Tél. 06 24 60 51 04

Genres : roman, récit, poésie, savoirs.

« Jacques-Émile Deschamps est né en 1950, à Saint-Junien (87).
Il a écrit des poèmes dès son adolescence. À seize ans, après un séjour à Londres, il apprend la guitare et compose ses premières chansons. Après s'être investi à fond dans les événements de Mai 68, il commence des études universitaires qu'il interrompra pour se consacrer à la musique.
1972 : il enregistre son premier album — Non retour —, présenté par la presse comme “la contre-folie d'un rebelle qui clame violemment qu'il faut vivre et se battre contre toutes les prisons” et Télérama lui accorde la mention “magnifique et indispensable”. Quelques mois plus tard, Pierre Nougaro, le père de Claude, lui remet un Premier prix de la SACEM au Festival de Rennes.
1973 : engagé par les disques Vogue comme directeur artistique (ce qui, à vingt-trois ans, en fait un des plus jeunes de la profession), il réalise son deuxième 33 tours — L'Habitude — sur lequel, outre quelques solistes prestigieux tels que Dan Ar Braz (guitariste d'Alan Stivell et fondateur du Festival interceltique) et Michel Bonnecarrère (guitariste du groupe Zoo qui acccompagne Léo Ferré), jouent plus de cent musiciens, dont cinquante violons et les chœurs de l'Opéra comique de Paris. La presse parle “d'une révolution de mots et de musique” et, encore une fois, Télérama lui accorde la mention “magnifique et indispendable”.
1974 : le single extrait de cet album, Cet enfant qui n'est pas de moi, entre en play-list à Europe-1, qui engage Jacques pour sa tournée d'été. Elle sera couronnée par un passage au mythique Olympia où le chanteur est ovationné par une salle comble… C'est à cette époque que le chanteur s'adonne à une vie spirituelle (loin de toute religion et de toute secte) qui, trois ans plus tard, le conduira à étudier la médecine traditionnelle chinoise (avec une prédilection pour l'acupuncture) ainsi que les philosophies orientales.
1976 : Jacques enregistre son troisième album, Fréquences, dont le magazine Chanson a écrit : “paix, amour, silence, tout participe à nous intégrer dans une dimension dont dépend notre vrai bonheur”.
Dans le même temps, Marc Ogeret — Prix de l'Académie Charles-Cros — enregistre plus de trente chansons dont Jacques-Émile est l'auteur, le compositeur et l'arrangeur. L'artiste limousin traduit en français le livre Bob Dylan, de Michael Gross, réalise une histoire de la guitare blues (Blue guitar album), compose des musiques pour le théâtre, dont une suite pour six saxophones et percussions enregistrée par le jazzman new-yorkais Robin Kenyatta pour une pièce de Yukio Mishima.
1978 : accompagné par des musiciens hors pair (le pianiste de Jean-Jacques Goldman, le percissioniste de Bernard Lavilliers…), il se produit dans de nombreux festivals, dont le Festival de Mexico, où il représente la France en chantant devant vingt mille spectateurs. Il inaugure le premier Printemps de Bourges (“Jacques-E. Deschamps est le dégel du printemps !”, écrit un journaliste) et il participe au second Printemps, accompagné cette fois par le quartet de jazz contemporain du saxophoniste Nobby Clarke. L'artiste et ses musiciens doivent occuper la scène pendant une heure, ils la quitteront au bout de deux heures, acclamés par un public plus qu'enthousiaste et par le directeur de la célèbre salle du Palais des glaces, à Paris, où le Limousin est engagé sur-le-champ pour une semaine non-stop…
1980 : dans les années 80, tout en continuant ses études des médecines, philosophies et spiritualités orientales, Jacques-Émile compose des musiques de films publicitaires et de sitcoms, collabore avec divers magazines à la fois comme critique de jazz et de musique classique et comme spécialiste des soins énergétiques. Mais à ses yeux, les beaux jours de la chanson à texte sont finis et il décide de mettre la musique de côté pour se consacrer à l'écriture.
1990 : entre deux voyages — Mexique, Tunisie, Maroc, Irlande, Chine… —, il publie son premier livre, une étude sur l'onirologie — en même temps qu'un CD de musique instrumentale, L'Aveugle aux yeux de cristal, distribué par Virgin. Pendant dix ans, suivront de nombreux autres ouvrages allant de la poésie aux médecines énergétiques, en passant par la spiritualité et le roman policier. Son premier polar, Le Truc, est d'emblée publié dans la célébrissime “Série noire” des Éditions Gallimard. La presse le décrit comme un Donald Westlake à la française.
2000 et ensuite : devenu écrivain, comme il le dit “sans avoir eu le temps de s'en apercevoir”, Jacques-Émile Deschamps écrit un livre sur un massage énergétique qu'il a créé, le Fu Jing Tao, que la presse unanime présente comme “un livre-clé parfaitement construit qui conjugue une approche poétique du savoir et des techniques précises, une merveilleuse initiation indispensable pour pratiquer le massage à la perfection”. Grâce à cela, Jacques-Émile est l'invité d'honneur du Congrès mondial de l'esthétique scientifique de São Paulo où il donne une conférence devant plus de mille professionnels. Mais le dieu de la musique finit par lui tirer l'oreille à nouveau et, tout en continuant à écrire, il renoue avec la guitare et le synthétiseur. Outre de nombreuses chansons, il compose les jingles de radios locales telles que Kaolin FM et Bram'FM, travaille sur un opéra rock et sort un CD de musique instrumentale : Tao songs.
Jacques-Émile Deschamps est décédé le 12 novembre 2017. »

Parmi ses derniers ouvrages publiés :
L'ABC du Tao, Éditions Grancher, 2010.
L'Amour vêtu de ciel, Éditions Chloé des Lys, 2010.
Le Massage énergétique Fu Jing Tao, Éditions Trajectoire, 2004.
Réponses, Axiome éditions, 2000.
Le Début du ciel (sous le pseudonyme de Mat Messager), Éditions Largo, 2000.
La Lumière en l'obscur (avec une préface de Marc Orgeret), Éditions Le bruit des autres, 1998.
Magnétisme curatif et massages magnétiques, Éditions Trajectoire, 1997, 2005.
Le Truc, « Série noire », Éditions Gallimard, 1996.
Leçon de vie et d'amour du tao : Tao ai hsi, Éditions Montorgueil, 1993.
L'Aveugle aux yeux de cristal, Éditions Montorgueil, 1991.
Tous médiums dans nos rêves (avec Pierre de Saint-Amand), Éditions Montorgueil, 1990.